DES CENTAINES DE CONSOMMATEURS VICTIMES DES ARNAQUES DE LA SOCIETE SUNGOLD

Des centaines de familles ruinées par l’arnaque
Comme de nombreux habitants du Nord, Raphaëlle A. a été démarchée par la Société SUNGOLD, qui intervenait auprès des particuliers sous le nom volontairement ambigu d’ « INSTITUT DES NOUVELLES ENERGIES ».

Comme de nombreux consommateurs elle a cru aux belles promesses déployées pour tromper sa vigilance et la laisser croire à une opération financière intéressante.

Comme des centaines de personnes, elle s’est retrouvée jetée dans un gouffre financier dont elle pensait ne jamais pouvoir se sortir.

Visiter le site de l'association

Tout commence en 2013 lorsque Raphaëlle, jeune mère célibataire, ouvre sa porte à un agent prétendant agir pour le compte de la Société EDF. Sensible aux arguments écologiques, elle s’intéresse tout de suite au projet qu’on lui soumet : se porter candidate pour un programme MAISON ECOLO- DOLCE VITA qui permet, en cas de sélection, de faire installer des panneaux photovoltaïques complètement financés par la revente de l’électricité à la Société EDF.

A l’aide d’une simulation mensongère dont il veillera à ne laisser aucune trace, l’agent commercial fait alors miroiter une somme dépassant les 1500 euros de revenus par an après paiement du crédit spécialement souscrit pour l’opération.

« Ils nous avaient dit que la Banque se paierait sur les dix premières années et qu’il resterait dix années de production pour nous-mêmes » déclare Raphaëlle en exhibant son dernier relevé de production « Mais avec ce que je perçois je dois injecter, chaque année, l’équivalent de deux mois de salaire ! Au total cette opération devrait me faire perdre près de 20 000 € sans compter le cout de la toiture, que je devrai refaire tôt ou tard faire »

Et Raphaëlle n’exagère pas. En additionnant le cout de l’installation, de son entretien, du branchement à ERDF, le remplacement de l’onduleur et de certains panneaux qui commencent déjà à poser problème, l’opération économique est une catastrophe.

La Société SUNGOLD ayant mis la clef sous la porte elle s’est tout d’abord retrouvée abandonnée à son propre sort. Elle avait même pensé à vendre son habitation. Puis elle a décidé de ne pas se laisser faire. Grace à l’association des victimes du photovoltaïque et aux témoignages des nombreuses autres victimes elle a pu faire valoir ses droits en attaquant la Société liquidée mais aussi la Banque SYGMA en sa qualité de banque partenaire.

Son action est simple : la banque, qui n’est pas simplement un vendeur de crédits, n’aurait jamais du s’associer à ce genre de sociétés, ni financer des travaux qui ne représentent aucun intérêt pour le client concerné. En vertu de ses obligations de surveillance, de vigilance, de conseil et de mise en garde, la banque n’aurait jamais du financer de tels projets ni donner à cette Société la possibilité de faire de tels ravages.

« Le procès a pris du temps, la banque jouant la montre en demandant des reports ou renvois intempestifs, mais nous avons fini par triompher ! » Confie son avocat, Maitre Samuel HABIB qui ne cache pas sa joie. Lui-même en charge de dizaine de dossiers similaires, il sort d’un combat harassant face à une banque déterminée à protéger ses intérêts bec et ongles mais aujourd’hui sa cliente est enfin tranquille : la banque ayant commis de nombreuses fautes elle a été déchue de son droit à obtenir le remboursement du crédit litigieux et devra lui rembourser toutes les sommes indument perçues.